Sandra Baud écrit son histoire, ses rêveries et son monde intérieur à l'aide d'une gouge. Elle creuse des sillons dans le lino, comme pour marquer la vie de son propre passage, tracer son chemin à elle.

 

 gouge

 

   A partir d'une surface lisse, elle enlève petit à petit de la matière, striant le lino, comme les rides lentement se dessinent sur la peau.

73021675

Apparaissent alors les éléments qui croisent la route de l'artiste, qui se côtoient le temps d'une composition pour créer une atmosphère, une sensation, un souvenir ou un environnement quotidien.

 

   C'est d'ailleurs dans ce soucis de laisser une trace que sont nées les chambres d'hôtel : un chapelet de gravures  comme autant de points d'étapes urbaines sur un itinéraire en cours. On imagine aisément que l'encre de gravure y recouvre des souvenirs particuliers à chaque ville... et l'artiste les dévoile volontiers lorsqu'on la questionne sur telle ou telle ville.

chambres galerie

            Bale petit Chaux abel petit

 

         De la chambre au lit et du lit au corps il n'y a qu'un pas, que franchit aisément la jambe, thème exploré par l'artiste et dont le fruit est exposé à la galerie. La jambe, le sein, le buste, la main s'enchantent d'être mis en scène dans différents tons et de multiples atmosphères.

Nous vous proposons d'en découvrir les coulisses techniques directement sur le site de Sandra Baud en cliquant sur chaque images :

 

Sein passoire

Madame fraise

Jambe et main

Exposition Sandra Baud à voir

à la galerie du Village d'Artistes

jusqu'au dimanche 24 juin.